MW.JPG

M.Wievioka

Les grands-parents paternels de Michel Wieviorka, Juifs polonais, sont arrêtés à Nice pendant la Seconde Guerre mondiale et meurent à Auschwitz. Le grand-père, Wolf Wiewiorka, est né le 10 mars 1896 à Mińsk Mazowiecki ; la grand-mère, Rosa Feldman, est née le 10 août 1897 à Siedlce. Déportés le 28 octobre 1943, par le convoi no 61, du camp de Drancy vers Auschwitz, ils sont auparavant détenus au camp de Beaune-la-Rolande1.

Son père, réfugié en Suisse, et sa mère, fille d’un tailleur parisien, réfugiée à Grenoble, survivent à la guerre2.

Il est le frère de Annette, Sylvie et Olivier Wieviorka

Sa sociologie introduit une perspective qui tient compte de la globalisation, de la construction individuelle, et de la subjectivité des acteurs. La sociologie de l'action qu'il construit depuis ses premiers travaux sur les mouvements de consommateurs dans les années 1970 l'a conduit à étudier aussi bien des mouvements sociaux que des phénomènes comme le racisme, la violence, ou l'antisémitisme.

Sa reconnaissance internationale doit beaucoup à ses travaux sur le terrorisme (prix spécial du jury européen d'Amalfi 1989 pour son livre Sociétés et terrorisme3) et autres conduites de haine et de violence ainsi que sur la globalisation et le multiculturalisme. Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en anglais, en allemand, en espagnol, en portugais et en japonais.

Ses recherches sont volontiers comparatives à l'échelle internationale et il a mené des travaux dans plusieurs pays notamment en Pologne, en Espagne, aux États-Unis, en Amérique latine, en Russie.

d'Annette, Sylvie et Olivier Wieviorka.